100% fonds Euros
Profitez dès maintenant de la meilleure offre

Innovation en assurance vie

Spirica, ex-Axéria Vie, devient la tête chercheuse de la bancassurance...

17 février 2011 :flecheLa Tribune


Fin de l'encart presse
Vos questions, nos réponses Programmez votre épargne à l'aide de nos outils

Actualité

Daniel Collignon : « L'assurance-vie doit se renouveler »

Daniel Collignon : « L'assurance-vie doit se renouveler »

Invité sur BFM Business, Daniel Collignon, directeur général de Spirica, a donné son analyse de la situation du marché de l'assurance-vie. Evolution de l'offre, fiscalité, concurrence d'autres produits d'épargne, le dirigeant aborde tous les aspects du marché.

Avec 5 Mds d'euros de décollecte nette depuis le début de l'année, dont 800 millions pour le seul mois d'août (chiffres BFM Business), la situation de l'assurance-vie n'est guère brillante. Toutefois, Daniel Collignon précise qu' « il faut la rapporter au stock géré en matière d'assurance-vie qui est de 1 300 Mds d'euros, c'est donc quelque-chose d'assez relatif. »

Toutefois, face à la conjoncture économique et financière, le directeur général de Spirica préconise de « réinventer l'offre d'assurance-vie pour re-susciter l'envie des épargnants. »

Rendement ou liquidité : l'heure du choix

« L'assurance-vie donnait le beurre et l'argent du beurre. On pouvait, à travers un contrat Euros, à la fois avoir une très forte rentabilité, avoir une disponibilité à tout moment et une garantie du capital : c'est fini » résume pragmatiquement Daniel Collignon.

Selon lui, l'offre d'assurance-vie doit se renouveler à travers des contrats dont les fonds seront disponibles mais dont la rentabilité « tournera autour de 3% », et des contrats pour lesquels il faudra « renoncer partiellement à la disponibilité pour avoir une meilleure rentabilité. »

Interrogé sur le même sujet par l'Argus de l'assurance.com, il a précisé que ce sera le rôle des conseils des épargnants, en particulier des CGPI (Conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendants), de leur expliquer les enjeux d'un tel choix afin d'adapter leur portefeuille à leurs objectifs.

Assurance-vie vs livrets d'épargne

Au sujet de la concurrence des livrets d'épargne, en tête desquels le livret A, Daniel Collignon s'est montré confiant : « la concurrence n'est pas si terrible que ça, puisque clairement dans le livret A on a en face de nous des clients qui n'ont pas les moyens d'épargner. Les livrets A qui sont au plafond sont un très petit nombre et beaucoup d'entre eux ont dépassé le plafond du fait des intérêts. » Les deux produits ne sont donc pas en concurrence frontale puisqu'ils ne visent pas les mêmes épargnants.

Rien de nouveau sur le front de la fiscalité

Pour le directeur général de Spirica, il n'y a pas lieu de s'inquiéter d'un hypothétique changement de la fiscalité de l'assurance-vie. En effet, « lorsqu'un gouvernement touche à la fiscalité de l'assurance-vie, soit il touche au stock, ça lui rapporte beaucoup mais les épargnants ont l'impression qu'on les a spoliés et qu'on ne respecte pas un engagement qui a été donné sur le long terme, soit on touche uniquement aux flux nouveaux, ça ne rapporte rien et ça mécontente tout le monde. » C'est pourquoi le gouvernement n'envisagera la possibilité d'un alourdissement de la fiscalité qu'avec une extrême prudence.

L'avenir du marché de l'assurance-vie

Daniel Collignon n'est pas pessimiste sur l'avenir de l'assurance-vie en général, et de Spirica en particulier : « les retraits ne s'accélèrent plus. Même le mois d'août a vu une baisse des retraits par rapport au mois d'août de l'année dernière. » Quoi qu'il en soit, le mois de septembre étant « traditionnellement très calme », il faudra attendre la mi-octobre pour connaître la tendance de la fin de l'année.

3 octobre 2012
© 2012 Source Assurvie.com

Retour aux actualités


  Ces informations vous ont-elles aidé ?  


Facultatif